Très drôles de dames

Publié le par Picha


Série
: Coupling (Six Sexy)
Egéries : Sarah Alexander, Gina Bellman, Kate Isitt.
Style : trentenaires déjantées

Je suis comme beaucoup un grand fan de la série Friends. Et il m’arrive assez souvent de tomber devant une rediff et de m’y laisser prendre, même si les épisodes ont un peu vieilli, car cette série (que certains considèrent je pense à tord comme une sitcom), est véritablement un must dans le genre, et il ne servirait à rien de la défendre ici, tant ses fans sont nombreux.

C’est pourquoi je préfère vous parler aujourd’hui d’un « Friends-like » que j’ai découvert il y a 2 ans, et qui est vraiment la première série du genre depuis friends à m’avoir fait autant rire. Il s’agit de la série Coupling, dans laquelle six amis, trois filles et trois garçons, vivent des histoires tournant principalement autours du sexe et des relations amoureuses. J’imagine déjà vos têtes ahuries, tant la ressemblance avec son aînée semble frappante. Mais ne vous emballez pas, cette série est tout de même très différente de la première, et surtout assez bonne pour prendre une place de choix sur votre disque dur (elle passait sur Comedy pendant un temps, depuis plus rien).

Déjà, c’est une série anglaise, ce qui se ressent beaucoup dans l’humour, très décalé. Ensuite, la narration est moins linéaire que Friends, dont la plupart des épisodes se déroulent chronologiquement. Dans Coupling, on découvre souvent l’histoire à travers une série de flash back, un peu comme dans la (très bonne) série « Parent à tout prix » qui passe sur France 2 les samedi matins. Enfin, si la force de Friends était de décrire une bande de trentenaires improbables, vivant des situations tantôt loufoques, tantôt graves, aussi bien dans leur vie professionnelle que privée, Coupling se concentre plus sur les histoires de couples (d’où son nom !), tout en faisant la part belle à l’amitié qui lie les six personnages. Bon, il faut reconnaître que le profil de ces derniers correspond beaucoup à Monica, Chandler et les autres (une fofolle, un dragueur, …), mais les acteurs sont assez bon pour insuffler à leur personnage quelque chose en plus, et deviennent tous très attachant. Enfin, qui dit série anglaise, dit saisons courtes, puisqu’elles ne comportent que 6 à 9 épisodes, et qu’il n’y a que 4 saisons (28 épisodes en tout).

En matière d’égéries pour finir, on n’est pas déçu, il y en a pour tous les goûts (blonde, brune, rousse), et j’ai du mal à les départager, tant elles allient l’humour et le charme. Mon seul regret fut le départ d’un personnage masculin ( !) à la fin de la saison 3 (Jeff), tellement il était hilarant, même si les créateurs ont eu l’intelligence de ne pas juste remplacer l’acteur, mais de faire intervenir un autre personnage (avec le même profil, j’en conviens). Une version US a vu le jour pour seulement 10 épisodes en 2003, mais je n’ai pas (encore) pu juger de sa qualité. Concentrez-vous déjà sur l’originale, c’est un très bon début.

Picha

Publié dans A voir

Commenter cet article