Feu Firefly

Publié le par Picha

Série : Firefly (série cramée en vol).
Egéries : Morena Baccarin, Jewel Staite, Summer Glau.
Genre : space cowboys with a cowgirl.

       Les quatre courageux pélos (le bouche-à-oreilles commence à fonctionner !) qui suivent assidument mes chroniques sur ce blog, se souviennent sûrement de mon coming-out sur Buffy et de l'amour que je porte à son créateur, le grand Joss Whedon. Fort de son succès avec la tueuse de vampires, ce dernier a ensuiste lancé une autre série, Firefly, qui a forcément titillé ma curiosité (d'où notre présence à tous ici).
      
      L'histoire : Malcolm Reynols, commandant du vaisseau de classe Firefly le "Serenity", parcourt la galaxie à la recherche de plans plus ou moins légaux et plus ou moins lucratifs, en compagnie de son équipage composée d'une grosse brute pas très fiable (Jayne), d'une mécanicienne brave fille (Kaylee), d'un pilote de génie rigolo (Wash), marié au second en chef (Zoé), et enfin d'une "compagnonne, sorte de poule de luxe diplomate (Inara). Au cours d'une escale, et après une énième embrouille les laissant broucouilles, ils décident de prendre à bord quelques passagers pour payer l'essence. Seulement dans les bagages de l'un d'eux se cache une jeune femme (River) aux pouvoirs psychiques insoupsonnés, mais à la santé mentale vacillante après que les vilains scientifiques de l'Alliance aient fait pleins d'expériences pas cool sur son cerveau. Heureusement, son frère (Simon), chirurgien brillant qui a tout abandonné pour la sauver, veille sur elle, et accepte de servir de médecin de bord à condition que le commandant les cache sur le Serenity. Rajoutez-y un prêtre noir et aux origines mystérieuse (Book) pour les quotas, et vous avez la bande au complet.
      Ensuite, Joss Whedon fait ce qu'il sait faire le mieux : créer des histoires pleines de rebondissements, donner vie aux personnages (notamment en usant de flashback), les mettre en conflit mais solidaire dans la débacle, bref, les rendre attachant. Ajoutez-y pas mal d'action et d'effets spéciaux, une histoire d'amour contrariée, une bonne dose d'humour, le tout dans un univers post-technologique où les vaisseaux spatiaux attérissent au milieu de villages de farwest, et vous êtes paré pour le décollage !
Bref, il s'est fait plaisir, et personnelement, j'ai beaucoup aimé (je les ai dévorés en une semaine !), mais je ne suis pas super objectif non plus. Reste que la série a été arrêté en 2002 au bout de seulement 14 épisodes. Peut-être que l'univers était trop ciblé, ou peut-être que c'était la transposition un peu coûteuse de mécanismes déjà longuement exploités dans Buffy ? Mais heureusement, face à la déception des fans pour qui la série est devenu culte, son créateur a réussi à la cloturer avec le film "Serenity : l'utime rébellion" sorti en 2005 (il a vraiment trop la classe ce mec !).

     Enfin en matière d'égérie, je n'en retiendrais qu'une :
Morena Baccarin, brésilenne d'origine italienne de 29 ans, véritable bombe latine à tomber par terre. Merci Joss.
Picha

Publié dans A voir

Commenter cet article